Les santons made in Faucon-du-Caire

Les santons : la tradition provençale

C’est au Moyen-Âge que sont apparues les premières crèche de Noël. La légende veut que François d’Assise, ait créé en 1223 la toute première crèche vivante à Greccio. La crèche vivante a donné naissance à une tradition qui s’est perpétuée, laissant malgré tout peu à peu la place à des personnages en bois, en cire, en carton pâte, en faïence et même en verre.

La première crèche connue a été créé en 1775, par un certain Laurent, à Marseille. Elle se constituait de mannequins articulés vêtus de costumes locaux, le tout entouré de girafes, rennes, hippopotames…

Après la Révolution française, les églises étaient fermées et les messes suspendues. C’est alors que les premiers santons provençaux font peur apparition. Petits personnages, les “santoun” ou “petits saints”, sont créés pour qu’une crèche de Noël puisse fleurir dans les foyers des familles provençales. Ces “santibelli” (petits saints) étaient en verre filé ou porcelaine chez les familles riches, ou en bois, papier mâché, argile, ou même mie de pain chez les plus pauvres. La crèche à cette époque se limitait à la sainte famille puis au fil des temps s’est enrichie de personnages bibliques, vieux métiers, petit peuple de nos villages. Leur fabrication s’est concentrée dans les régions où il était facile de trouver de l’argile comme Marseille, Aubagne, et alentours.

En 1803, la première foire aux santons fut inaugurée à Marseille. Depuis cette date, de fin novembre à début janvier, chaque année, en haut de la Canebière, se tient la foire aux santons. Des petits santons peints de façon artisanale avec un savoir-faire traditionnel, aux santons moins traditionnels et plus modernes habillés ou thématiques, cette foire est le lieu où l’esprit de Noël et la tradition se retrouvent.

Une santonnière originaire de Faucon-du-Caire

Issue d’une famille de santonniers depuis plusieurs générations, Véronique Faure a appris son métier sur le tas, sans école ni beaux-arts. Elle avait simplement le désir de perpétuer cette tradition provençale ancestrale. Basée en hiver à Marseille, c’est à Faucon-du-Caire qu’elle fabrique ses santons le reste de l’année. Elle travaille en collaboration avec son époux qui fait toute la partie sculpture. Elle est en charge de la peinture et la décoration de tous nos personnages et décors. Une histoire de passion et de famille qui vous permets de découvrir la tradition provençale des santons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.